Vous êtes ici : Accueil > 2014/2015 > A la rencontre de Paul Thiès
Publié : 18 avril 2015

A la rencontre de Paul Thiès

Les trois classes de CM1 ont travaillé autour des oeuvres de Paul Thiès. Chaque élève devait au moins lire "un printemps vert panique", son livre le plus connu.

Mais , Charlotte Schaaf , du service jeunesse de la Médiathèque avait prêté à chaque classe une série d’ouvrages à lire pour mieux s’imprégner de l’univers de l’auteur.

Les élèves avaient préparé des questions :

Pourquoi avez-vous voulu devenir écrivain ?

Où habitez-vous ?

Avez-vous un autre métier que celui d’écrivain ?

Vos parents étaient-ils écrivains ou était-ce un rêve pour vous ?

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

Aimez-vous lire ?

Avez-vous une bibliothèque ?

Avez-vous des enfants ?

Quel âge avez-vous ?

Avez-vous quelqu’un pour vous aider ?

A quel âge avez-vous eu envie de devenir écrivain ?

Qui vous a donné envie de lire ?

Comment trouvez-vous les titres de vos livres ?

N’avez-vous écrit que des romans policiers ?

Où trouvez-vous toute cette imagination pour écrire vos livres ?

Est-ce que vous vendez beaucoup de livres ?

Combien de livres avez-vous écrit ?

Pourquoi mettez-vous des mots que l’on ne comprend pas comme dans "les toits de Paris" ?

Quel est votre premier livre ?

Aimez-vous davantage les romans policiers ou les romans humoristiques ?

Ecrivez-vous directement vos livres sur ordinateur ?

Pourquoi avez-vous choisi les saisons ?

Combien gagnez-vous par livre que vous vendez ?

De quoi vous êtes-vous inspiré pour écrire vos livres ?

Dans Petit Féroce, comment avez-vous trouvé le vocabulaire bizarre ?

Est-ce qu’un de vos livres a-t-il déjà été adapté en dessin animé ou en film ?

Et puis, ....et puis ...la rencontre avec l’auteur fut un joli moment de partage. les élèves sont restés à écouter les réponses de Paul Thiès...qui a répondu à sa manière !!

Saurez-vous retrouver les questions ????

J’ai toujours aimé lire lire, un livre, 50 livres , 500 livres à en devenir "fou". Si tu aimes lire, tu aimes écrire. On écrit parce qu’on aime les livres des autres. Je n’ai pas d’enfant mais on n’est pas obligé de ressembler à ses livres. Le vocabulaire n’est pas bizarre mais calculé. Pour inventer un mot bizarre, c’est facile . par exemple, un écureuil, c’est roux : tu viens d’inventer l’écuroux ! un lapin qui a peur est un lapinoir. Tu peux inventer de faux mots scientifiques comme "chutosaures" , des dinosaures qui avaient peur d’être mangés. Tout ce qui a l’air facile est en général calculé.

Lorsque j’ai commencé à écrire , il n’y avait pas d’ordinateur dans les maisons. Mais maintenant, j’écris sur clavier. Autrefois,j’écrivais manuscrit et sur une machine à écrire.

J’ai écrit environ 120 livres. Les écrivains sont des gens comme les autres , mais il sont en dehors du calendrier. Dans tous les métiers, tu commences, et tu prends ta retraite. Quand on est écrivain, tu commences quand tu peux . Les écrivains sont des gens en dehors du temps des autres .

Il y a deux façons de parler aux enfants : tu peux bêtifier, mais alors tu ne fais pas de progrès . Si je voulais, je pourrais encore utiliser des mots plus difficiles. Je parlais à 12 -13 ans aussi poliment aux gens qu’à mon chien. Je n’aime pas bêtifier.

Les romans policiers représentent environ 20 livres sur les 120 écrits. J’essaie d’utiliser pas mal de genres.

Le premier livre que j’ai écrit est une histoire de pirates sérieuse : "Le forban des Caraïbes" qui racontait l’histoire d’un esclave.

Ce que j’aime, c’est que je suis plus libre que la plupart des gens. J’aime une chose, et j’ai raison, j’aime travailler avec les mots , les livres.

Quand j’écris , j’ai l’impression de toucher les mots . Mais j’ai une autre raison. Vous , en tant qu’enfant, vous devez obéir. Parfois, les adultes commandent, et c’est très fatiguant. J’ai toujours été sûr que je ne voulais ni commander ni obéir. SI tout le monde faisait comme moi, ça serait le bazar, l’anarchie.

Un écrivain est quelqu’un de plus seul que les autres. Tu peux avoir quelqu’un comme ta femme pour t’aider, mais tu écris seul ; tu travailles seul.

Les idées viennent de trois "coffres"

premier coffre : je me sers de ce que je connais ( par exemple, si un jour j’ai eu la grippe ou un chagrin d’amour ou quelqu’un de mon entourage).

deuxième coffre : un écrivain regarde autour de lui , il voit et il utilise ce qu’il voit, ce qu’il entend. j’entraîne mon imagination comme un sportif.

troisième coffre ( c’est le meilleur) : ce sont les histoires d’avant . Une histoire peut être super super moderne , ais en fait, elle date de 3000 ans. Par exemple Shreck est inspiré de la Belle et la Bête, Superman de Moïse.

Pour les histoires de l’hôtel des Quatre Saisons, j’ai utilisé le deuxième et le troisième coffre ( l’hôtel existe vraiment dans le quartier de Saint Germain, c’est un hôtel où descendent de nombreux écrivains, et j’ai repris le costume de Spirou, qui dans sa toute première vie était groom). Pour l’histoire des pirates, je me suis servi du premier coffre, car j’ai vécu aux Caraïbes.

Je gagne moins d’un euro par livre. L’astuce, c’est d’en vendre 70 000 à 100 000 par an, c’est une histoire de multiplication.

Effectivement , il y a des orphelins dans mes livres : les parents, c’est très bien dans la vie , mais pas dans les livres. On doit se débarrasser des parents dans les livres. Sinon, tu ne peux pas devenir un héros. Les parents nous gênent parce qu’ils nous aiment. Quand tu es orphelin, tu dois te battre pour trouver de l’amour. Pense à Harry Potter,Batman, Superman . Souvent , les grands héros sont des orphelins, comme on souffre, on fait des efforts.

Je lis environ 200 livres par an. Dans ma bibliothèque , il y a environ 5 000 livres, mais je manque de place.

Je déteste trouver les titres de mes livres. J’écris d’av=bord des titres comme Hôtel 1, hötel 2, etc.. J’écris sans titre ou avec un titre provisoire. Ensuite, je vais boire un café avec mon éditrice , qui a aussi inventé de stitres, nous mélangeons nos titres en buvant un café..et voilà la solution !

J’écris mon livre sur ordinateur et d’un clic , j’envoie le tout à mon éditeur. Après, c’est l’éditeur qui se charge de tout. Les ouvriers du livre découpent, tranchent .

Pour écrire un livre, il faut parfois des années. J’écris un à deux livres par an . J’écris des livres courts ( comme Plume) et un moyen ( comme Bangor).

Mes grands-parents ne lisaient pas, mais mes parents énormément. Mais on n’a pas besoin d’être dans une famille où on lit beaucoup, on a parfois besoin d’un grand frère . Par exemple, Jack London , était ouvrier à 9 ans et est devenu écrivain qu’il lui manquait quelque chose.

J’aime bien , que dans une histoire, le personnage évolue ; comme dans Star Wars. Dans ces histoires, les personnages apprennent.
 Les romans policiers sont en réalité des romans d’apprentissages.

Chaque jour, je lis environ 200 à 250 pages . IL y a très peu de familles d’écrivains. Mais lorsqu’ils ont su que je voulais devenir écrivain, mes parents se sont amusés.

J’aime bien écrire des séries ; il u a 8 titres de Petit Féroce, 6 pour Plume .

Comme il faut manger de tout, il faut aussi lire de tout. Je lis Titeuf, comme Victor Hugo , des romans, policiers , des romans classiques , des BD...c’est comme la nourriture.

Le seul livre qui ait été adapté est "pas de whisky pour Mephisto" . En ce qui concerne les saisons, c’est parce que je suis habillé de façon classique. J’aime bien les livres d’avant . Les 4 saisons, c’est un sujet classique ( un sujet d’avant) en littérature et en peinture.

J’ai très peu d’amis écrivains mais beaucoup de copains écrivains. Un écrivain n’est pas connu parce qu’il ne montre pas beaucoup son visage. Je ne suis pas une vedette , ni un footballeur.

Parfois, je pique les histoires des autres , mais je les arrange à ma manière, sinon ça serait du plagiat.

Mon livre préféré est un livre de poésie, mais qui n’est pas du tout pour les enfants ; il s’agit de l’auberge des Trois Tambours.

Je ne montre pas beaucoup de mes photos, car un écrivain se doit d’être modeste.

Ce joli moment a duré plus d’une heure pendant laquelle nos élèves ont bu littéralement les paroles de Paul Thiès....

 

Portfolio automatique :